Introduction à la musique du Japon / Bertrand Bonnieux – Pascal Cordereix (BNF)

  • Avatar Par administrateur
  • 29 septembre 2010
  • 0
  • 20 Vues

Bibliothèque nationale de France
Site François-Mitterrand-Tolbiac
Introduction à la musique du Japon
Sélection de 100 disques compacts consultables en salle B et dans les salles de la bibliothèque
d’étude (niveau Haut-de-jardin) du 1er mars au 9 septembre 2012.
(consultable en permanence en salle P au niveau Recherche (Rez-de-Jardin) de la
bibliothèque)
Depuis plusieurs années le département de l’Audiovisuel de la BnF mène une politique d’acquisitions
de disques au Japon. A l’occasion du Salon du livre 2012 dont le Japon est l’invité, nous présentons une
sélection de ces acquisitions. Même très incomplète, même très partielle, cette sélection de disques compacts
entend témoigner de l’extraordinaire vitalité à la fois des pratiques musicales et de l’industrie du disque
japonaises.
A quelques exceptions près, on a donc privilégié ici la présentation d’éditions japonaises pour la plupart
difficilement accessibles en France. Mais même si elles ne sont pas mentionnées ici, on trouvera dans la
bibliothèque d’étude (Haut-de-Jardin) et au niveau Recherche (Rez-de-Jardin) de la Bibliothèque, les références
des labels comme Universal, EMI, Sony, etc.
N.b. : les noms propres sont donnés suivant la forme japonaise : Nom Prénom (ex. : Takemitsu Tôru)
日本音楽入門
2012 年 3 月 1 日より 9 月 9日まで、フランス国立図書館の一般者ゾーンの salle B ならびに各
閲覧室(Haut-de-jardin)において、日本のCD100選を試聴することができます。
(研究者ゾーン(Rez-de-Jardin)の salle P では、期間外も常時試聴可能です。)
国立図書館の視聴覚部門は、数年前より日本のCDを収集する方針をとって来ました。本年
2012 年のサロン・ド・リーブルに日本が招待国となった機会にあわせまして、視聴覚部門で
はこれら新規収蔵品から選ばれた数々のCDをご紹介いたします。このCD選は、完全では
なく部分的なものではありますが、日本の音楽のアクチュアリティと日本のレコード産業の
並外れた活気を物語ってくれることでしょう。
ここではいくつかの例外を除いては、フランスでは入手しにくい、日本で作成されたCDを
あえて紹介しています。Universal, EMI, Sony など欧米系のレコード会社が作成した日本音楽
のCDのレファレンスについてはここに記載していませんが、それらも国立図書館の一般者
ゾーン(Haut-de-Jardin)と研究者ゾーン(Rez-de-Jardin)で検索・試聴することができます。
注:人名は日本式の順に記されています:姓・名(例:Takemitsu Tôru)
お問い合わせ:pascal.cordereix@bnf.fr
Classement de la sélection :
Le site Internet : The Asurano Club’s Guide to japanese music
(http://www.nt2099.com/GUIDE/styles.html ) distingue les genres musicaux japonais suivants :
– Anime music,
– Contemporary (au sens des musiques populaires : dance, rock, alernative…)
– Drama / TV / Movie music,
– Enka (style de chant populaire japonais utilisant la gamme pentatonique, particulièrement en vogue
pendant l’ère Showa (1926 – 1989). L’immense star de la chanson, Misora Hibari en est la
représentante la plus illustre,
– Festival music (combinant le Kagura (rite musical et chorégraphique shintoïste), le Dengaku (rite rural),
et le Furyu (musique associée aux festival, comme le Gion festival de Kyoto). Ce style consiste en une
combinaison de tambours (taiko) et de flûtes,
– Hip Hop,
– Japanese noise bands, entre rock indus, punk, techno, et … salle de pachinko, pour ceux qui
connaissent !,
– Okinawan, l’île d’Okinawa possède une tradition musicale extrêmement riche et vivante qui irrigue le
reste du Japon,
– Seiyû music, ou Seiyû, ou doublage des animes ou des jeux vidéo, certains Seiyû (doubleurs) sont très
connus et ont franchi le pas pour devenir des stars de la chanson à l’instar de Hayashibara Megumi,
– Shibuya pop, à l’image du célèbre quartier de Tokyo, très pop et très tendance,
– Taiko, (ou wadaiko), le tambour japonais,
– Traditional japanese music, incluant : Biwa-gaku, Gagaku, Kouta, Min.yô, Nagauta, Nôgaku, Sakuhachi,
Shamisen-ongaku, Sôkyoku, Yôkyoku,
– Underground music, (hip-hop, acid jazz, house…),
– Video game music.
Pour notre propos, nous avons retenu la classification suivante :
Archives sonores Pop, J pop, rock
Musique, chant et théâtre traditionnels Techno, House…
World music Cinéma
Chanson, Enka Télévision, génériques de feuilletons…
Takarazuka review Animes, mangas
Musique classique Video games
Jazz, musiques improvisées
Hiroshima : témoignages
Archives sonores
Walzaufnahmen japanischer Musik. 1901-1913 / Otto Abraham, Erich M. von
Hornbostel, Erich Fischer, collecteurs… [et al.], Berlin, Staatliche Museen zu BerlinPreußischer Kulturbesitz (BPhA WA 1), 2003 SDC 12- 247110
Produits par les Phonogrammarchiv de Berlin entre 1901 et 1913, ces cylindres figurent parmi les tous
premiers enregistrements de musique japonaise, profitant de la venue en Europe de la troupe de la célèbre Sada
Yako.
Les trois références suivantes sont la réédition sur disques compacts de disques 78 tours produits en
1941-42 par la Kokusai Bunka Shinkô-kai (KBS), International Organization for the Promotion of Culture, sous
l’égide du Ministère de l’Education et du Ministère des Affaires Etrangères japonais. Publiée en pleine
domination de l’empire nippon sur l’Asie, cette Anthologie des musiques traditionnelles japonaises a une valeur
non seulement musicale, mais aussi historique et politique exceptionnelle. La présente édition est placée sous la
responsabilité scientifique de Madame Terauchi Naoko, professeur de culture japonaise et d’arts vivants à
l’Université de Kôbe, la meilleure spécialiste du sujet à l’heure actuelle.
Japanese traditional music : Gagaku. Buddhist chant / Interprètes divers ; Kokusai
Bunka Shinkô-kai, New York, Arbiter records (ARB 2009), 2010 (rééd., enr. 1941-42)
SDC 12- 270352
Japanese traditional music : Music for the Noh theater. Biwa. Shakuhachi /
Interprètes divers ; Kokusai Bunka Shinkô-kai, New York, Arbiter records, 2010 (ARB 2010),
2010 (rééd., enr. 1941-42) SDC 12- 270353
Japanese traditional music : koto and shamisen / Interprètes divers ; Kokusai Bunka
Shinkô-kai, New York, Arbiter records (ARB 2012), 2011 (rééd., enr. 1941-42)
SDC 12- 270351
Musique, chant et théâtre traditionnels
Dans cette sélection, nous donnons une très large place aux deux collections japonaises mondialement
reconnues comme étant les deux collections de référence en matière de musiques traditionnelles : « JVC World
sounds » de Victor Entertainment, et « The world roots music library » de King records, avec ses sous
collections « Japanese traditional music » et « Music of japanese people ».
On trouvera par ailleurs l’intégralité des références non citées ici : Ocora, Buda, Gallo, Auvidis, etc. en
salle P, au niveau Recherche de la Bibliothèque, et une sélection dans les salles de la bibliothèque d’étude, au
niveau Haut-de-Jardin.
Généralités
Japanese dance music / [interprètes divers], Tokyo, King records (KICH-2022), 1990
(Music of japanese people) SDC 12- 264329
Acoustiques ou électriques, des villes ou des campagnes, des bords de mer aux montagnes, un
panorama des musiques populaires japonaises à danser, comme le Kawachi Ondo.
Japanese work song / [interprètes divers], Tokyo, King records (KICH-2023), 1991
(Music of japanese people) SDC 12- 264330
Chants de travail de la terre ou de la mer, enregistrés notamment lors d’un concert.
3 Music of Japanese festivals / [interprètes divers], Tokyo, King records (KICH-2028),
1991 (Music of japanese people) SDC 12- 264334
Les festivals tiennent une place importante dans la culture traditionnelle japonaise (voir le Gion Matsuri
de Kyoto pour ne citer que le plus célèbre) ; ce disque en restitue l’atmosphère si particulière, du Kagura shintô
festival au Dengaku (fêtes agricoles du riz), et bien d’autres.
Soundscape of Japan / [interprètes divers], Tokyo, King records (KICH-2029), 1991
(Music of japanese people) SDC 12- 264335
Témoignage exceptionnel de la rue japonaise ; bruits de la ville, cloche d’un temple, voiture du laitier,
vendeur de haricots fermentés, vendeur de coquillages, rémouleur, etc.
Genres musicaux et théâtraux
Gagaku
Gagaku, court music of Japan / Tokyo gakuso, ens. instr., Ohno Tadamaro, dir.,
Tokyo, Victor entertainment (VICG 60393), 2000 (enr. 1981) (JVC World sounds)
SDC 12- 222413
Gagaku / Kunaichô-gakubu, Tokyo, King records (KICH-2251), 2007 (enr. 1990)
(Japanese traditional music) SDC 12- 251824
La musique orchestrale regroupant instruments à vent, à cordes et à percussion, la plus ancienne au
monde. Elle est l’un des fondements de l’identité japonaise.
Kabuki
Kanjinchô : dance drama / Ichikawa Danjûrô, Kataoka Takao, Nakamura Senjaku,
voix… [et al.], Tokyo, King records (KICH-2253), 1990 (The world roots music library)
SDC 12- 251826
Une des pièces les plus populaires du répertoire du Kabuki, créée en 1840. La lignée de Ichikawa
Danjûrô est particulièrement renommée.
Nô théâtre
Music of the noh theatre : Japan / Hayashi ensemble, ens. voc. et instr., Tokyo,
Victor entertainment (VICG-60394), 2000 (enr. 1973, 1976) (JVC World sounds)
SDC 12- 193070
Nôgaku / Nakatani Akira, fue ; Kakihara Takashi, ôtsuzumi ; Shikimura Tetsuo,
Miyamasu Junzô, Miyamasu Shin.ichiro, kotsuzumi, Tokyo, King records (KICH-2252),
2007 (enr. 1990) (Japanese traditional music) SDC 12- 251825
Un des styles traditionnels de théâtre japonais, formé du nô, drame lyrique et du kyôgen, théâtre
comique, ce dernier s’intercalant entre les pièces du nô au cours d’une journée de représentations. Le nôgaku est
considéré comme « Bien culturel immatériel important » du Japon depuis 1957.
Ragugo
Kokontei Shinshô
4 Onêsan Minobe Mitsuko, Tsuka-chan Tsukagoshi Takashi, no Kiwametsuki
Shinshô : rakugo / Kokontei Shinshô, voix, Tokyo, Pony Canyon (PCCG 00659), 2004
SDC 12- 261613
Un des maîtres du Rakugo, cet art narratif qui remonte au XVie siècle, où le conteur (rakugoka 落語家)
s’assoit sur la scène, et où sans se lever de la position à genoux seiza, raconte une histoire humoristique ou
satirique.
Sankyoku
Sankyoku / Yonekawa Toshiko, chant, koto ; Inoue Michiko, chant, shamisen ;
Yamaguchi Gorō, shakuhachi… [et al.], Tokyo, King records (KICH-2007), 1990 (Japanese
traditional music) SDC 12- 264336
Combinaison du koto (cithare), du shamisen (luth) et du shakuhachi (flûte), avec un accompagnement
vocal, le Sankyoku peut véritablement être qualifié de musique de chambre.
Musique religieuse
Buddhist chant of Shuni-e ceremony / the Monks of the Tôdai-Ji, groupe voc. et instr.,
Tokyo, King records (KICW-85064), 1997 (The world roots music library)
SDC 12- 262368
Shuni-e est une cérémonie bouddhiste qui a se déroule tous les ans entre le 1er et le 14 mars. Le Shuni-e
le plus connu est celui du temple Tôdai-Ji (la plus importante construction en bois au monde) à Nara, qui se tient
sans interruption depuis 752. Il est enregistré ici en 1996.
Kôya-san Shômyô no kai : Jôraku-e / Tokyo, Victor (VZCG 346), 2004
SDC 12- 261605
Magnifique enregistrement de prières bouddhistes chantées à l’unisson de 24 voix ou en solo, ponctuées
de cloches ou de gongs. Le Jôraku-e est l’une des cérémonies les plus importantes de la secte Shingon (lignée
japonaise du bouddhisme tantrique Vajrayana), il est enregistré ici au temple Kongô-buji de Kôya-san.
Shômyô : japanese Buddhist chant of the Shingon sect, Japan, Tokyo, Victor
entertainment (VICG-60392), 2000 (enr. 1993) (JVC World sounds) SDC 12- 193063
Enregistré à Nara, l’ancienne capitale impériale et à Kôya-san, le sanctuaire de la secte Shingon.
Instruments
Biwa
Biwa / Tanaka Yukio, satsuma-biwa, chant ; Uehara Mari, chikuzen-biwa, chant ;
Enomoto Shishui, satsuma-biwa, chant … [et al.], Tokyo, King records (KICH-2254), 1990
(Japanese traditional music) SDC 12- 262323
Luth à manche court derivé du pipa chinois. Suivant les formes musicales, il se décline en six types :
Gaku biwa, Môsô biwa, Heike biwa, Satsuma biwa, Chikuzen biwa, Nishiki biwa.
Percussion
Percussion / Suwa Daiko Hozonkai, Tokyo, King records (KICH-2260), 1990
(Japanese traditional music) SDC 12- 264337
5 Les citadins japonais apprécient les festivals (Matsuri) depuis des centaines d’années. A Kyoto, par
exemple, le Gion Matsuri a ainsi une histoire vieille de plus de mille ans. Tous les ans, les percussions rythment
les nuits de ces festivals.
Shakuhachi
Shakuhachi / Aoki Shizuo[et al.], Tokyo, King records (KICH-2255), 1990 (Japanese
traditional music) SDC 12- 251827
Shika no tône, le premier titre de cette anthologie est l’une des pièces majeures (et l’une des plus belles)
pour la flûte droite Shakuhachi, cette dernière symbolisant pour beaucoup à elle seule la musique japonaise.
Shamisen
Shamisen II / Matsushima Shôzaburô, shamisen [et al.], Tokyo, King records (KICH-
2259), 1990 (Japanese traditional music) SDC 12- 251828
L’instrument le plus populaire du Japon, ce luth à trios cordes venu de Chine, a été introduit tout
d’abord à Okinawa dont il est devenu l’emblème musical. Ici, c’est le versant populaire, iki (Uta Mono, chants
du peuple d’Edo [Tokyo]) qui est donné à entendre.
Voir aussi « Okinawa » dans la même rubrique, et « Yoshida brothers » en World music.
Aires géographiques
Aïnous (population aborigène, nord du Japon)
Japan : songs of the Aïnu / Kayano Shigeru, collecteur ; Biratori Aïnu culture
succession and practice group, groupe voc. et instr., Tokyo, Victor entertainment (VICG
60400), 2000 (enr. 2000) (JVC World sounds) SDC 12- 222415
Yukar : the Aïnu epic songs / Kayano Shigeru, collecteur, Tokyo, King records
(KICW 85126), 1997 (World roots music library) SDC 12- 262413
Les yukar sont des sagas aïnoues constituant une longue et riche tradition de littérature orale. Ils sont
collectés ici par Kayano Shigeru, linguiste et politicien d’origine aïnoue, décédé en 2006, qui en fut le meilleur
spécialiste.
Okinawa et sa région : Okinawa ; Iles Amami ; Iles Yaeyama et Miyako
Okinawa et sa région mérite une mention spéciale tant la pratique musicale y fait preuve d’un
dynamisme hors norme, mêlant tradition et modernisme dans un esprit d’ouverture peu commun.
Okinawa
Classical songs of Ryukyu court / Nishie Kishun, Tamaki Masaharu, chant, sanshin
[acc. instr.], Tokyo, King records (KICW 85036), 1997 (World roots music library)
SDC 12- 262345
Un aspect de la musique d’Okinawa moins connu que celui de la musique folklorique, moins
« énergique », mais majestueux et sophistiqué. Nishie Kishun a été désigné « Trésor national vivant » par le
gouvernement japonais en 2011.
6 Japan : folk songs of Okinawa / Kaderaru Rinshô, Kaderaru Rinji, sanshin ; Higa
Machiko, taiko, Tokyo, Victor entertainment (VICG 60399), 2000 (enr. 1994) (JVC World
sounds) SDC 12- 222414
Kadekaru Rinshô était l’un des maîtres de la musique populaire d’Okinawa du XXe siècle ! Il est
toujours l’âme des Okinawais.
Music of Okinawa / China Sadao, shamisen, chant ; Nênês, ens. voc., Tokyo, King
records (KICH-2025), 1991 (Music of japanese people) SDC 12- 264331
Une compilation de musiques d’Okinawa enregistrée par un des interprètes majeurs de l’île : China
Sadao, ici avec les chanteuses du groupe Nênês.
Okinawa jinta* / Daiku Tetsuhiro, chant, shamisen [acc. instr.], Tokyo, Off note
(ON1), 1994 SDC 12- 261614
Probablement le meilleur disque d’un des musiciens les plus respectés de la scène d’Okinawa. Il mêle
ici la musique d’Okinawa et le chindon japonais, cette fanfare de rue née au début du XXe siècle, désuète
aujourd’hui, héritée de la danse jinta, elle-même imitation des fanfares militaires. Emouvant et magnifique.
*ou “Uchina Jinta”
The rough guide to the music of Okinawa : island rhythms and songs : sanshin and
shima uta / Kadekaru Rinshô featuring Noborikawa Seijin, Iha Chieko, interpr… [et al.],
London, World music network (RGNET 1069 CD), 2001 (Music rough guide)
SDC 12- 261607
Compilation réalisée par Paul Fisher (par ailleurs fondateur du site Far side music cité en introduction),
un des meilleurs spécialistes des musiques d’Asie, tout le spectre des musiques d’Okinawa est ici couvert, des
plus grands musiciens traditionnels (Kadekaru Rinshô…) aux stars de la scène rock.
Iles Amami (sud Japon, préfecture de Kagoshima, au nord d’Okinawa)
Folk songs of Amami : Japan / Takeshita Kazuhira, sanshin, chant ; Hayata Nobuko,
chant, taiko, Tokyo, Victor entertainment (VICG-60398), 2000 (enr. 1994) (JVC World
sounds) SDC 12- 193071
Takeshita Kazuhira est un des maîtres de la musique d’Amami, “le chanteur du siècle à Amami” !
Music of Amami / Tsukiji Shunzô, Nishi Kazumi, Ikeda Yoshinari [et al.], sanshin
[shamisen], chant, percussion, Tokyo, King records (KICH-2027), 1991 (Music of japanese
people) SDC 12- 264333
Superbes mélodies chantées en falsetto, rythmées par le shansin (forme initiale du shamisen), avec des
interprètes majeurs comme Tsukiji Shunzô, Nishi Kazumi ou Ikeda Yoshinari.
Yaeyama ; Miyako (sud du Japon, entre Okinawa et Taïwan)
Music of Yaeyama and Miyako / / [interprètes divers], Tokyo, King records (KICH-
2026), 1991 (Music of japanese people) SDC 12- 264332
Une sélection des chants les plus connus de ces îles de l’extrême sud du Japon, à moins de 300 km de
Taïwan : chants de travail de Yaeyama, chants de danse de Miyako.
7 World music
Hajime Chitose (1979 – …), chant
Hainumikaze (ハイヌミカゼ) / Hajime Chitose (元ちとせ) [acc. instr.], Tokyo, Epic
Japan (ESCL 2320), 2002 SDC 12- 261597
Nomad soul (ノマド・ソウル) / Hajime Chitose (元ちとせ) [acc. instr.], Tokyo,
Epic Japan (ESCL 10003), 2005 SDC 12- 261598
Originaire de l’île d’Amami-Ôshima (région de Kyûshû, au nord d’Okinawa, dont est originaire
également le chanteur Atari Kôsuke), elle chante dans le style de cette région. Hainumikaze est son premier
album, prix du meilleur album au Nihon Record Taishô.
Kitaro (1953 – ….), synthétiseurs, guitare
Silk road : original soundtrack / Kitaro, synth., perc., guit., Paris, Polydor (8237362),
1985 (enr. 1980) SDC 12- 1762
Pour mémoire, le Vangelis japonais. On n’aime ou on n’aime pas.
Kodô, taiko
Heartbeat : Kodô 25th anniversary, Tokyo, Paris, Sony music, 2006
SDC 12- 241632
Pour mémoire également, la troupe de taiko (tambour japonais) la plus connue en Europe. Compilation
sortie à l’occasion de son vingt-cinquième anniversaire.
Tôgi Hideki (1959 – ….°, hichiriki
Togism, Tokyo, EMI Japan (TOCT 10188), 1998 SDC 12- 261616
From Asia, Tokyo, EMI Japan (TOCT 24093), 1999 SDC 12- 261617
Joueur de hichiriki (hautbois japonais), venu du gagaku, Tôgi Hideki a poussé très (trop ?) loin le cross
over avec les musiques occidentales. Peu connu en Occident, c’est une star au Japon, la chaîne de télévision
NHK utilisant fréquemment ses thèmes musicaux new age.
Yoshida brothers (Yoshida kyôdai), chant, shamisen
Ibuki /Yoshida brothers, duo voc. et instr., Tokyo, Victor Japan (JPN-VZCG 161),
1999 SDC 12- 261604
Yoshida Ryôichirô et Ken.ichi, fusion du shamisen et de musiques actuelles. Lauréats de nombreuses
récompenses au Japon. En 1999, Move, leur premier disque se vend à plus de 100 000 exemplaires.
Chanson, Enka
Giraud, Yvette (1916 – ….), chant
8 Kyoshu : Japon nostalgie, Mont Saint Aignan, MCF (0020), 2003 (réed.)
SDC 12- 179360
Yvette Giraud tient une place très particulière dans le paysage de la chanson française, ayant fait
quasiment toute sa carrière au Japon où elle connut un grand succès, au point de recevoir des mains de
l’Empereur l’Ordre de la Couronne précieuse Wistaria en 1995.
Kasagi, Shizuko ( 1914 – 1985), chant
Natsukashi no utagoe meikyoku shû (懐かしの歌声名曲集) / Kasagi Shizuko (笠置
シズ子), chant, Tokyo, Nippon Columbia (12047), 1994 (rééd.) SDC 12- 261600
Chanteuse de jazz et actrice, avant la seconde guerre mondiale Kasagi Shizuko était déjà l’une des stars
de la Japan Girls Opera Company. Mais c’est après la seconde guerre mondiale, pendant l’occupation
américaine au Japon que sa carrière éclate, elle devient une immense star influencée par le jazz américain et le
boogie woogie (au point d’être surnommée « la reine du boogie ». Elle tournera avec Kurosawa Akira dans
L’ange ivre (酔いどれ天使) en 1948.
Misora Hibari (1937 – 1989)
Même si elle est absente de notre sélection : la plus grande chanteuse japonaise : 1 200 titres enregistrés,
68 millions d’albums vendus, 166 films à son actif. Entre jazz, variétés et enka (voir plus haut, introduction) : un
mythe de la chanson.
Sugi Ryôtarô (1944 – ….), chant
Mito kômon : sound track (水戸黄門 : サウンドトラック), [s.l.], [s.n.], [s.d.]
(BLMC 1001) SDC 12- 261593
Connu autant comme acteur que comme chanteur, Sugi Ryôtarô s’illustre en 1969, en incarnant le
premier Suke-san, un des personnages de Mito-kômon, série culte de la télévision japonaise. Ce Jidaigeki (fiction
« historique » ayant l’époque Edo (1603 – 1868) pour cadre) a été diffusé sans interruption pendant 42 ans,
jusqu’en décembre 2011 !
Ueki Hitoshi (1926 – 2007), chant
Sûdara densetsu (スーダラ伝説), Tokyo, Fun House (FHCF-1088), 1990
SDC 12- 261620
Acteur (six awards à son actif) comique, chanteur et parolier. Le hit Sûdara-bushi avec son jazz band
comique The Crazy cats le rend célèbre.
Takarazuka review
Takarazuka review : 1982 – 1986, Tokyo, TMP (TMPC 8-11), 1988 SDC 12- 261610
Dans une société aussi machiste que la société japonaise, la Takarazuka revue est un phénomène
(typiquement japonais) social autant que culturel. Fondée en 1913 à Takarazuka (région du Kansai, à l’ouest du
Japon), Takarazuka revue est une troupe exclusivement féminine où même les rôles masculins sont tenus par des
femmes, pied de nez évident au kabuki, d’où les femmes sont bannies. L’ensemble est monté sous la forme de
comédies musicales à grand spectacle, dans le plus pur style des musicals de Broadway, l’androgynie y étant
évidemment un thème récurrent.
9 Musique classique
Akutagawa Yasushi (1925 – 1989), compositeur
The artistry of Yasushi Akutagawa. 1, Orchestral works / Akutagawa Yasushi,
comp. ; Japan philharmonic symphony orchestra ; Honna Tetsuji dir., Tokyo, King records
(KICC-246), 1999 (enr. 1988) SDC 12- 251822
Elève d’Ifukube, proche de Chostakovitch, compositeur de musiques de films dont La porte de l’Enfer
(Jigokumon) de Kinugasa Teinosuke (1954). Son opéra Kurai kagami (1960, diffusé à la NHK en 1967 sous le
titre Hiroshima no Orufe = Orpheus in Hiroshima), contre la bombe atomique, est une œuvre particulièrement
marquante.
Hayasaka Fumio (1914 – 1955), compositeur
The seven samurais / Hayasaka Fumio, comp. ; Japan philharmonic symphony
orchestra ; Honna Tetsuji, dir., Tokyo, King records (KICC-303), 2000 (enr. 1999)
SDC 12- 251823
Compositeur autodidacte, décédé brutalement de tuberculose. Il fut considéré de son vivant comme le
plus grand compositeur japonais. Il a travaillé avec les plus grands noms du cinéma japonais comme Mizoguchi
Kenji ou Kurosawa Akira pour qui il composa le thème musical des Sept samouraïs en 1954.
Herzog Erika (1976 – ….), piano
Memoirs of Japan / Georg Capellen, John Gildon, Ferdinand Beyer… [et al.], comp. ;
Erika Herzog, p, Tokyo : King records (KKCC-3021), 2008 SDC 12- 251831
Le Japon comme source d’inspiration des compositeurs occidentaux, interprétés ici par la pianiste
germano-japonaise Erika Herzog.
Ifukube Akira (1914 – 2006), compositeur
Japanese rhapsody ; Triptyque aborigène ; Ballata sinfonica / Ifukube Akira, comp. ;
Japan philharmonic symphony orchestra ; Hirokami Jyun’ichi, dir., Tokyo, King records
(KICC-175), 1995 (enr. 1995) SDC 12- 251817
Compositeur autodidacte qui a influencé nombre de compositeurs japonais. Auteur de plus de 250
musiques de film, dont Godzilla en 1954.
Nous présentons ici le premier volume de la série The artistry of Ifukube Akira. Les quatre volumes
suivants sont consultables en salle P, au niveau Recherche.
Ikeda Riyoko (1947 – …), Soprano
Voir en Animés, mangas
Kanai Kikuko (1911 – 1986), compositrice
The complete works for piano / Kanai Kikuko, comp. ; Takara Hitomi, p, Tokyo,
King records (KKCC-3011), 2006 (enr. 2005-2006) SDC 12- 262427
10 Originaire de l’île de Miyako (îles Ryûkyû, Okinawa), Kanai Kikuko compose en utilisant la gamme
pentatonique des îles Ryûkyû. En 1954, elle étudie le dodécaphonisme au Brésil auprès de Hans-Joachim
Koellreutter.
Kitamura Sueharu (1872 – 1931)
DomBrako* : children’s operatta : in five scenes / Kitamura Sueharu, comp. ;
Ensemble Fioretti, ens. voc. ; Uno Koho, chef de choeur, Tokyo, King records (KKCC-3023),
2009 (enr. 2009) SDC 12- 262432
L’opéra nippo-europeen, créé et présenté pour la première fois en 1912, et présenté également lors de la
première de la Revue Takarazuka (voir plus haut) en 1914. La legende de Momotarô, héros du folklore japonais,
né d’une pêche qui flotte ur la rivière. Domburako est l’onomatopée de la pêche qui flotte sur la rivière.
* ou « Dom Burako »
Narita Tamezô (1893 – 1945), compositeur
The complete works for piano / Narita Tamezô, comp. ; Shiraishi Mitsutaka, p, Tokyo,
King records (KKCC-3017), 2007 (enr. 2006) SDC 12- 251830
A étudié la théorie musicale en Allemagne ; il est surtout connu pour ses compositions pour enfants, la
plupart de ses autres partitions ont été perdues pendant la seconde guerre mondiale.
Rhom Music Foundation
A selection of Japanese 78rpm recordings : CD reproduction series from a 78 rpm
(sp) record collection. Vol. I à IV, Kyoto, Rhom Music Foundation, 2004 – 2009
SDC 12- 251832
Basée à Kyoto, la Rhom Music Foundation se donne comme objectif de contribuer au développement et
à la diffusion de la culture musicale japonaise. C’est dans ce cadre qu’elle a publié ces quatre coffrets totalisant
26 disques compacts, rééditions de disques 78 tours initialement parus au Japon entre 1912 et 1952. On y
retrouve des jalons essentiels de l’interprétation japonaise comme les chefs Yamada Kôsaku, Konoe Hidemaro,
Hashimoto Kunihiko, les pianistes Higashifushimi Kunihide, Iguchi Motonari, etc., dans des œuvres du
répertoire occidental.
En version anglaise, ces coffrets ont été diffusés à seulement 200 exemplaires. La collection acquise par
la BnF est probablement la seule disponible en France.
Nous présentons ici le premier volume de la série. Les trois volumes suivants sont consultables en salle
P, au niveau Recherche.
Saegusa Shigeaki (1942 – ….), compositeur
Chûshingura / Saegusa Shigeaki ; Naono Tasuku, BAR (Oishi Kuranosuke) ; Satô
Shinobu, S (Ayaginu)… [et al.] ; Otomo Naoto, dir., Heemstede : Sony music entertainment
international (S3K60233), 1997 (enr. 1997) SDC 12- 125943
Inspiré du célèbre kabuki Les Quarante-Sept Ronins avec un livret signé du romancier Shimada
Masahiko, l’opéra Chûshingura est l’œuvre la plus connue de Saegusa Shigeaki, par ailleurs compositeur de
nombreuses musiques de films et d’animes.
Sakamoto Ryûichi (1952 – ….), compositeur, pianiste
Playing the piano ; Out of noise / Sakamoto Ryûchi, p, London, Decca (2717100),
2009 SDC 12- 246192
11 Inclassable et incontournable Sakamoto, le musicien japonais le plus connu en Occident. A ses
musiques de films, à ses expérimentations piano/machine, à son rock un peu ampoulé, on pourra préférer cette
œuvre pour piano, intimiste : magique tout simplement.
Takemitsu Tôru (1930 – 1996), compositeur
In an autumn garden (Shûteika) : pour orchestre de gagaku / Takemitsu Tôru; the
Tokyo Gakuso orchestra ; Takemitsu Tôru, dir, Tokyo, Victor Music Industries, Hollywood,
Varèse sarabande (VCD47213), 1983 (enr. 1980, creation 1973) SDC 12- 4943
Quotation of dream : pour deux pianos, ensemble, et orchestre / Takemitsu Tôru,
comp. ; Paul Crossley, Peter Serkin, p ; London sinfonietta, orch., orch. chambre ; Oliver
Knussen, dir., Hamburg, Deutsche Grammophon Gesellschaft (4534952), 1999 (enr. 1997,
creation 1991) SDC 12- 116995
Songs / Takemitsu Tôru, comp. ; Dominique Visse, CT ; François Couturier, p, Tokyo,
King records (KKCC-3002 ), 2001 SDC 12- 251829
Probablement le compositeur japonais le plus connu en Occident, influencé par Claude Debussy, Erik
Satie ou encore Olivier Messiaen et par la musique traditionnelle japonaise (après l’avoir rejetée dans un premier
temps), Takemitsu Tôru realise un pont entre les cultures japonaise et occidentale. Il est par ailleurs le
compositeur de très nombreuses musiques de films dont Ran de Kurosawa Akira ou L’empire de la passion
d’Öshima Nagisa.
Yashiro Akio (1929 – 1976), compositeur
Piano works / Yashiro Akio, comp. ; Akai Hiromi, p, Tokyo, King records (KDC-17),
2007 (enr. 2007) SDC 12- 251816
Elève notamment d’Ifukube au Japon, puis d’Olivier Messiaen et de Nadia Boulanger en France, son
œuvre la plus connue reste son Quatuor à cordes composé à Paris en 1955
Jazz, musiques improvisées
Abe Kaoru (1949 – 1978), saxophone alto, guitare, harmonica
Last date / Abe Kaoru, saxo. a., guit., hmca, Tokyo, Diw (Diw 335), 1989 (rééd., enr. :
28 août 1978) SDC 12- 210050
Une légende du jazz japonais, mort à 29 ans d’une overdose. Se produisant la plupart du temps seul,
dans un style totalement free, il a influencé des personnalités aussi diverses que Derek Bailey ou Yoshihide
Otomo. En 1995, le cinéaste Wakamatsu Koji lui a consacré un film : Endless waltz.
Akiyoshi Toshiko (1929 – ….), piano
Carnegie Hall concert / Toshiko Akiyoshi Jazz Orchestra ; Featuring Lew Tabackin,
fl, saxo t, Paris : Sony music France (Columbia 4729252), 1993 SDC 12- 51204
Une pianiste parfaite, un big band parfait, les deux injustement méconnus en Europe ; ici en concert en
1991. A découvrir.
12 Haino Keiji (1952 – ….), guitare, chant, percussions
Uhrfasudhasdd / Haino Keiji guit., fl., chant ; Toshida Tatsuya ; batt., claviers, guit.,
chant, New York, Tzadik (TZ 7265), 2008 SDC 12- 233054
Multi-instrumentiste, improvisateur et provocateur hors pair, Haino Keiji flirte avec le rock, la musique
improvisée, le minimalisme avec la même intensité. Si le mot « performance » a un sens, c’est bien à Haino Keiji
qu’il doit s’appliquer.
Kondô Toshinori (1948 – ….), trompette
Nerve tripper / Kondô Toshinori, trp électr., Tokyo, Diw records (Diw 453), 2002
SDC 12- 210051
Fukyo / Kondô Toshnori, trp électr., New York, Tzadik (TZ 7255), 2005
SDC 12- 215239
Deux enregistrements extraits de la discographie de Kondô Toshinori, compagnon de route entre autres
de : Bill Laswell, John Zorn, Fred Frith, Eugene Chadbourne, Sakamoto Ryûichi, Watanabe Kazumi, Herbie
Hancock, etc. !
Poseidon
Pour mémoire : label tokyoite de rock progressif et de jazz rock distribué en France par Muséa. Une
trentaine de références sont consultables en salle P, au niveau Recherche de la BnF
Takayanagi Masayuki (1932 – 1991), guitare
Action direct : live at Zojoji hall 1985 / Masayuki « Jojo » Takayanagi, guit., synth,
Tokyo, Tiliqua rec. (Ar-5001), 2005 (enr. 1985) SDC 12- 203434
Un des pionniers de la scène jazz au Japon. Du free jazz au rock, le guitariste Takayanagi Masayuki fut
un agitateur aussi radical que novateur.
Uehara Hiromi (1979 – …), piano
Another mind / Uehara Hiromi, p [acc. instr.], Cleveland, Telarc (CD 83558), 2003
SDC 12- 261608
Le premier disque de la pianiste virtuose (peut-être un peu trop, au détriment du feeling), placée sous la
férule d’Ahmad Jamal.
Watanabe Sadao (1933 – ….), saxophone alto
Parker’s mood : Watnabe Sadao live at Bravas Club ’85 / Watnabe Sadao, saxo. a.,
James Williams, p, Charnett Moffett, cb, Jeff Watts, batt., Elektra (32XD355), 1987
SDC 12- 7341
Probablement l’un des jazzmen les plus connus au Japon où il a popularisé le jazz à travers la bossa
nova et le jazz fusion. Il est enregistré ici en trio, en public à Tokyo en 1985.
Yamashita Yôsuke (1942 – ….), piano
Asian games / Yamashita Yosuke, p, claviers ; Bill Laswell, guit. b, sitar, synth. ;
Sakamoto Ryuichi, claviers… [et al.], Verve-Forecast (5183442), 1993 (enr. 1988)
SDC 12- 68295
Difficile de choisir dans la très abondante discographie (plus de 40 disques) du pianiste, personnage clé
de la scène jazz japonaise. S’il joue le plus souvent en trio, il est accompagné ici par des grands noms de la scène
internationale.
13 Otomo Yoshihide (1959 – ….), guitare, DJ…
Onjq live / Yoshihide’s new jazz quintet [Otomo Yoshihide, guit., Kikuchi Naruyoshi,
saxo t, Tsugami Kenta, saxo a… et al.], Tokyo, Diw (DIW942), 2002 SDC 12- 201142
Guitariste, multi-instrumentiste, DJ, ce musicien expérimental est à la tête d’une discographie
impressionnante.
Pop, J pop, Rock
Access Japan, get closer : MIDEM 2010, Tokyo, Music publishers association of
Japan (MPA), Japan external trade organization (Jetro) (MPA 015), 2010
SDC 12- 248528
Compilation inédite produite à l’occasion du MIDEM 2010 : en 15 titres un survol de la scène pop /
rock / electro japonaise : de Hotei Tomoyasu (et son célébrissime Battle wihout honor or humanity, repris par
Tarantino dans Kill Bill, et par toutes les chaînes de télévision dans le monde) à Jasmine ou encore Kimeru.
Imawano Kiyoshirô (1951 – 2009)
Absent de cette sélection, mais probablement la seule vraie star du rock au Japon, celui qui a fait bouger
les lignes, tout d’abord avec son groupe RC Succession, puis en solo. En 1988, sur une reprise du Summertime
blues d’Eddie Cochran, il fut le premier à s’opposer à la politique du gouvernement japonais en matière de
nucléaire : 23 ans avant Fukushima !
Kazé-Wasabi records
Voir Animes, Mangas
Kuraki Mai (1982 – ….), chant
Delicious way / Mai Kuraki, chant [acc. instr.], Tokyo, Giza (GZCA 1039), 2002
SDC 12- 261594
Une carrière un peu à l’image de son idole, Whitney Houston : un premier album, Delicious way, vendu
à deux millions d’exemplaires ; Summer time gone, sorti en 2010 ne décolle pas des 30 000 ventes.
Puffy Ami Yumi, duo vocal
Voir Kazé-Wasabi records en Animes, Mangas
Sakamoto Ryûichi (1952 – ….), compositeur, pianiste
Voir en Musique classique
Southern All Stars
Kamakura, Tokyo, Taishita, 1985 (réed. 2000) SDC 12- 261595
LE phénomène pop japonais : ce groupe de quinqua. a vendu plus de 45 millions d’albums ; consacré
« groupe n° 1 de pop japonais de tous les temps » par le magasin HMV Japan en 2003.
Voir le « Top 100 japanese pop artists – N° 1 » :
14 http://www.hmv.co.jp/news/newsDetail.asp?newsnum=311040091
Utada Hikaru (1983 – …. ), chant
First love / Utada Hikaru, chant [acc. orch.], Tokyo, EMI Japan (TOCT 24067), 1999
SDC 12- 261592
Singles collection. Volume 1, 1998 – 2001 / Utada Hikaru, chant [acc. orch.], Tokyo,
EMI Japon (TOCT 25300), 2004 SDC 12- 261602
Star incontestée du R & B et de la pop japonaise ; son premier album, First love est l’album le plus
vendu de tous les temps au Japon avec 7,65 millions d’exemplaires. La suite de sa carrière est à l’avenant :
disque d’or « Album Pop/Rock de l’année » pour ses quatre premiers albums studio japonais, classée dixième au
Top 30 des meilleurs chanteurs japonais de tous les temps en 2006, etc.
Techno, House, Electro…
Il est impossible ici de rendre compte ici d’une scène electro japonaise bouillonnante, on se reportera
pour cela avec bonheur au site : http://kamitabaco.sblo.jp/
Deux références pour mémoire :
Ishii Ken (1970 – ….), DJ, remix
Voir Space invaders : 14 titres pour célébrer les 25 ans du mythique jeu vidéo « Space invaders » en
Video games
Neohachi, duo chant, synthétiseur
Ananieya ; Hey it’s fun ! / Neohachi, groupe voc. et instr, Tokyo, Real Future records,
2007 SDC 12- 229785
Excellent duo féminin (Elly, synthétiseur. – Lily, chant) qui mixe shigin (poésie japonaise chantée) et
ambient. Sur scène, avec le batteur monstrueux de talent Tatsuhisa Yamamoto (né en 1982, un des tous meilleurs
batteurs de sa génération), le résultat est impressionnant. En plus, elles sont drôles ! Chouchou du mois ! :
http://neohachi.com/index2.html
Cinéma
Interviews
Ozu Yasujirô (1903 – 1963)
Ozu Yasujirô no sekai (Le monde d’Ozu Yasujirô) / Ozu Yasujirô, aut., participant…
[et al.], Tokyo, Victor musical industries (VICL-40023-24), 1991 SDC 12- 261599
Contient des interviews et des extraits de dialogues et de bandes originales de films de Ozu Yasujirô.
Bandes originales
15 Voir aussi en Musique classique et en Animés, mangas
Hisaishi Jô (1950 – ….), compositeur
The Tokyo concert / Hisaishi Jô, comp. ; New Japan Philharmonic ; Hisaishi Jô, p,
dir. ; Kim hong-Je, dir., Paris, Milan (301 648-2), 2003 SDC 12- 171778
Princesse Mononoké : bande originale du film de Miyazaki Hayao / Hisaishi Joe,
comp. ; Mera Yoshikazu, chant… [et al.]. Le voyage de Chihiro : un film de Miyazaki Hayao /
Hisaishi Joe, comp. ; New Japan philharmonic orchestra ; Hisaishi Jô, dir., Paris, Milan (301
663-6), 2003 SDC 12- 132850
LE compositeur de musiques de films du moment (avec les rééditions, plus de 100 références au
catalogue de la BnF), et ce, bien au-delà du Japon. De Miyasaki Hayao dont il est le compositeur régulier depuis
Nausicaä de la vallée du vent (Kaze no tani no Naushika, 風の谷のナウシカ) en 1984, à Kitano Takeshi
(Hana-Bi, A scene at the sea, Brother, Dolls), en passant par la partition du ciné-concert du Mécano de la
générale à Cannes en 2004, Hisahishi Jo a signé les musiques de films majeurs du cinéma contemporain.
Legend of Tôei action movies : including music from… : The Yakuza papers,
Tarnished loyalty in Hiroshima, War without honor… [etc.] / Tsushima Toshiaki, comp.,
Tokyo, VAP (VPCD 81121), 1995 SDC 12- 261596
La Tôei Company (Toei Co., Ltd. (東 映 株 式 会 社 Tōei Kabushiki-gaisha) est une institution
cinématographique au Japon. Parmi ses productions les films de yakusas restent gravés dans la mémoire de tout
japonais ; Tsushima Toshiaki en fut le compositeur presque attitré, sublimant l’accompagnement musical comme
Nino Rota le fit pour Fellini.
Télévision, génériques de feuilletions télévisés…
G Men 75 : music file / Kikuchi Shunsuke, comp., Tokyo, VAP (VPCD 81003), 1993
SDC 12- 261612
Célèbre série policière, G-Men ’75 (Gメン’75 G Men nanajūgo) fut diffusée en prime time le samedi
soir sur le réseau Tokyo Broadcasting System entre 1975 et 1982. Le thème musical d’ouverture est du à Kikuchi
Shunsuke, certains des acteurs interprétant également des chansons de la série.
Natsukashi no TV bangumi tema daizenshu : Showa 28 nen (1953) : Showa 43 nen
(1968), Tokyo, CBS (52 DH – 612-3), 1986 SDC 12- 261619
81 thèmes musicaux de la télévision japonaise entre 1953 et 1968.
NHK TV theme music, Tokyo, NHK (SC 2003), 2003 SDC 12- 261618
Comme son titre l’indique, 31 thèmes musicaux de la NHK (日本放送協会, Nihon Hōsō Kyōkai,
Compagnie de diffusion du Japon), l’entreprise publique de radio-télévision japonaise, entre 1953 et 2000. Des
émissions de variétés aux films de yakusas, de l’influence du jazz américain des années ’50 aux génériques new
age d’aujourd’hui, l’évolution du paysage sonore d’un des principaux groupes de télévision au monde.
16 Taiyô ni hoero ! : original soundtrack / Inoue Takayuki band, groupe instr., Tokyo,
Polydor (POCH-1151), 1992 SDC 12- 261615
Un des drama cultes au Japon, Taiyô ni hoero !, est l’une de ces séries policières des années 1970, qui
font partie du patrimoine génétique de tout japonais.
Animes, mangas
Bleach : tv animation bleach original soundtrack 1 / all songs composed by Sagisu
Shirô ; Orange range, groupe voc. et instr., Paris, Kazé-Wasabi records (9101297), 2008
SDC 12- 236940
La b.o. de l’anime devenu aussi célèbre (plus de 350 épisodes produits à la télévision, des ova [original
video animation], des films) que le manga d’origine de Kubo Tite.
Dragon Ball / Ariane, chant, La Plaine Saint Denis : AB Disques (AB Kid 8877474),
1988 SM- 42202
On doit à AB Productions et à l’ineffable Dorothée l’introduction des mangas, animes et autres
tokusatsu en France à partir de 1987. Aucune série ne saurait mieux symboliser l’irruption de la culture pop
japonaise en France que Dragon ball. Décriée à l’époque cette culture a droit aujourd’hui aux honneurs du très
officiel Salon du livre.
(Le document présenté ici est la kitchissime version française de la b.o. de Dragon ball : une version
« historique »).
Voir aussi plus bas : Shuriken : les meilleures musiques de films manga : version originales japonaises.
Ikeda Riyoko (1947 – …), Soprano
Parfums musicaux de Versailles : 12 airs et romances de Marie-Antoinette. The
suffering of the Queen of France Op. 23 / Jan Ladislav Dusik, comp. ; Riyoko Ikeda, S,
voix ; Masako Kabaya, p, Tokyo, King records (KKCC 3010), 2005 SDC 12- 262426
Ikeda Riyoko est l’auteur du plus célèbre des mangas : La rose de Versailles (ベルサイユのばら,
Berusaiyu no bara, Lady Oscar en Europe). Toujours influencée par Marie-Antoinette, devenue chanteuse
professionnelle, elle livre ici une interprétation d’airs et de romances composés par la reine. Pour un auditeur
français, le résultat est… curieux.
Hisaishi Jô
Voir en cinéma
Kazé-Wasabi records
Kazé est un éditeur français fondé en 1994, spécialisé dans l’animation japonaise. En 2005, Kazé lance
son label de musique, Wasabi records, spécialisé dans la J-pop et la J-music. Ci-dessous, deux références
atypiques parmi les 80 déposées par Kazé à la BnF au titre du dépôt légal :
– Arrietty le petit monde des chapardeurs / Cécile Corbel, chant [acc. instr.], Paris,
Kazé-Wasabi records (9102231), 2010 SDC 12- 260636
La b.o. du film, ou la rencontre étonnante entre la chanteuse et harpiste bretonne et le studio
d’animation Ghibli à Tokyo.
17 – Nudy show ! / Anna Tsuchiya, chant ; feat. Monkey Majik, groupe voc. et instr,
Paris-Wasabi records (9101612), 2009 SDC 12- 239397
Le titre est à l’image du personnage, politiquement incorrect, c’est suffisamment rare dans
l’univers aseptisé et formaté de la J-pop pour être signalé.
Ôno Yugi (1941-…)
TV original theme & BGM collection. Vol. 1 – 2 : movies original sound track : Lupin
vs the clone, Castle Cagliostro, The legend of Babylon gold, 1991 SDC 12- 261609
Pianiste de jazz, compositeur de nombreuses musiques de séries animées (compositeur notamment de la
musique originale de Captain future (Capitaine Flam en version française).
Shuriken : les meilleures musiques de films manga : version originales japonaises /
Kageyama Hironobu, Matsuo Kiyonori, Shimizu Satoko… [et al.], chant ; Make up, Moon
Lips, Kodomo Band… [et al.], groupes voc. et instr., La Plaine Saint Denis : AB Disques (AB
06762), 1996 SDC 12- 91288
Contient les versions japonaises des b.o. de Dragon Ball Z, Chevaliers du zodiaque (Saint Seiya), Sailor
moon…
Voir aussi plus haut : Dragon Ball.
Video games
Final fantasy & Final fantasy II : original soundtrack / Uematsu Nobuo, comp.,
Tokyo, Square enix (SQEX 10032-3), 2002 SDC 12- 261606
Inutile d’insister sur le succès mondial de Final Fantasy (96 millions de franchise vendues), la musique
d’Uematsu Nobuo n’est pas pour rien dans cette popularité, au point d’avoir acquis son autonomie par rapport à
la série, et d’être aujourd’hui régulièrement donnée en concert par des orchestres de musique classique.
Kingdom hearts : original soundtrack / Yamazaki Ryo, synth. ; Utada Hikaru, chant ;
New Japan Philharmonic, orch… [et al.], Burbank, Walt Disney records, London, Virgin
records, 2002 SDC 12- 165375
Créé sur PlayStation 2 en mars 2002 (au Japon), issu de la collaboration entre les studios Disney et
Squaresoft (devenu Square Enix), dix ans après sa création, Kingdom Hearts reste l’un des jeux vidéos les plus
connus au monde.
Space invaders : 14 titres pour célébrer les 25 ans du mythique jeu vidéo « Space
invaders » / avec Ishii Ken, Sketch show, Towa Tei… [et al.], remix, Paris, EMI, 2003
SDC 12- 190981
Sorti en 1978, Space invaders est LE jeu qui a révolutionné le jeu vidéo. La fine fleur de la techno
japonaise lui rend ici hommage.
Ghost in the shell : playstation soundtrack / Ishino Takkyu, Mijk Van Dijk, Brother…
[et al.], synth., Tokyo, Sony Music Entertainment (Japan) Inc, 1997 SDC 12- 108087
Une illustration du circuit éditorial entre manga, anime et jeu vidéo. Le document présenté ici est la b.o.
du jeu vidéo adapté de l’anime d’Oshii Mamoru, lui-même adapté du manga de Shirow Madamune.
18 19
Hiroshima : témoignages
Terkel, Studs (1912 – 2008), voix
Born to live : Hiroshima, Washington, Smithsonian folkways recordings (FW 05525),
1965 (rééd. 2007) SDC 12- 243325
Ensemble de témoignages de victimes et de célébrités (philosophes, écrivains, artistes engagés…) sur le
bombardement d’Hiroshima recueillis par Studs Terkel, journaliste, homme de radio, spécialiste de l’histoire
orale et l’une des grandes figures de la gauche radicale américaine.